Opus 58 : Chants de captivité

 

pour violon et piano

 

création le samedi 26 septembre 2009,

par Régis Pasquier, violon, et François-René Duchâble, piano

Clairvaux, festival "Ombres et lumières"

 

Les Chants de captivité représentent sept visions rapportées de mes visites à Clairvaux. Mais il ne s’agit pas de portraits. A l’inverse des paroles contre l’oubli, où l’on sent le poids des corps et des jours, on est ici dans une vision intérieure, plus élégiaque, un monde imaginaire : les sept pièces sont composées à partir d’un ostinato, figure implacable du temps, dont émane un chant, malgré tout, envers et contre tout. Le premier et le dernier encadrent les autres par leur caractère de résignation, le deuxième et le sixième s’envolent vers les cimes du rêve, le troisième est révolté, alors que le cinquième évoque la sortie de prison, enfin, le mouvement central inverse les rôles entre le piano et le violon, portant sur le monde un regard détaché. 

 
< Précédent   Suivant >