Opus 11 : Prières

Numéro 1 : 2 prières en français

Litanies du Christ en croix

CM, SATB, avec divisions sur les accords. 2 mn. Difficile.

Dit des pélerins d’Emmaüs

CM, SSAATTBB, S solo. 4 mn. Difficile.

 

Numéro 2 : 3 prières en latin

Tristes erant apostoli

CM, VF à l'unisson, VH à l'unisson. 4 mn. Moyen.

Lux a aeterna

CM, SATB avec quelques divisions. 3 mn. Moyen.

Jesu dulcis memoria

CM, SATB. 6 mn. Moyen.

 

Numéro 3 : Notre Père

CM, SATB. 3 mn. Moyen.

(Toutes ces œuvres seront disponibles sur le CD "Œuvres de musique sacrée" à paraître fin 2009). 

 

J'ai composé cette œuvre pour le chœur paroissial de mon père, qui devrait fêter prochainement ses 50 années d'animation liturgique.

Il faut l'interpréter avec une extrême lenteur et en respiration relayée de chanteur en chanteur, afin de n'avoir aucune interruption du début jusqu'à la fin. Un léger balancement prenant appui sur la prosodie est possible néanmoins, l'absence de respiration "audible" ne signifie pas l'immobilité absolue, mais l'entrée dans une autre temporalité. 

Cela nécessite un ancrage profond du souffle, qui jamais ne s'éteint ni ne s'accélère. Cette extrême lenteur - comme dans le Notre Père du film "Le sacrifice" de Tarkovski - est la caractéristique de l'œuvre. Si l'on veut marquer légèrement la différence entre 6/4 et 3/2 c'est également possible. La suspension du duolet de la mesure 13 n'est pas toujours rendue avec précision, mais je laisse aux interprètes la possibilité de conduire l'œuvre à leur manière, du moment que l'on reste dans une prière, avec ce souffle-là. L'essentiel est de sortir du temps de nos vies quotidiennes (cet"aujourd'hui" du texte), d'accorder à ces mots le temps qu'ils demandent (entrer dans le "règne" que nous appelons de nos vœux et nos voix).
 

 
< Précédent   Suivant >