Opus 15 : Einmal, da hörte ich Ihn

 

 

Einmal, da hörte ich Ihn

Soprano et clarinette. 18 mn. Très difficile.
Textes en allemand de Paul Celan.

Commande de la Casa de Velazquez,
Plural Ensemble de Madrid,
soprano Béatrice Malleret,
16 mai 2001,
auditorium national de Madrid. 

 

« Einmal, da hörte ich Ihn… » fait partie d’un cycle de sept duos pour voix et instrument, dans lesquels il est question de rendre perceptible l’idée de dialogue, en regard des Sequenze de Berio, qui symbolisent, à mon sens,  l’extrême solitude de la vie moderne,  la virtuosité technologique de nos sociétés occidentales, ivres d’elles-mêmes. Nous avons donc ici deux protagonistes, qui tentent de briser leur isolement en se faisant tour à tour présence ou absence pour l’autre, parole ou paysage, croisant leurs parcours dans des résonances communes. Les douze textes de Paul Celan que j’ai réunis pour cette œuvre partent du sentiment d’abandon, « Il y avait de la terre en eux, et ils creusaient … » et suivent un cheminement poétique en quatre étapes, avec quelques uns des poèmes les plus connus de Celan, notamment Fadensonnen, où l’auteur semble répondre aux mots désespérés d’Adorno, sur l’impossibilité d’écrire à nouveau de la poésie après Auschwitz. Il y a encore à dire, sans doute, et aussi, « …à chanter, au-delà des hommes ». 

 
< Précédent   Suivant >